Comment déclarer un sinistre à son assurance ?

Comment déclarer un sinistre à son assurance ?

Selon la société iWE, les frais des dommages des sinistres se chiffrent à plus de 1,5 milliard d'euros dont 500 millions sont dus aux inondations. Ces sommes justifient l'importance de l'assurance habitation. Cependant, comment déclarer un sinistre à son assureur ?

Le délai de déclaration

Après la constatation des dégâts causés par un sinistre, l'assuré est tenu d'aviser son assureur. D'ailleurs, le contrat explique les modalités de déclaration. Néanmoins, le délai dépend de l'évènement. Effectivement, à chaque sinistre correspond une marge de déclaration. D'autant plus que certains paragraphes du code des assurances (article L113-2) précisent ce délai. Par ailleurs, le non-respect de cette marge entraîne une réduction, voire un refus d'indemnisation sauf en cas de force majeure.

Ainsi, pour un vol ou cambriolage, l'assuré bénéficie de 2 jours ouvrés pour aviser sa compagnie. En ce qui concerne les dégâts des eaux et les inondations, la marge est de 5 jours ouvrés. Il en est de même pour un sinistre incendie et une explosion ainsi que les autres sinistres les plus courants. En cas de catastrophe naturelle, le sinistré bénéficie de 10 jours ouvrés. À noter que son activation requiert un décret préalable.

Les procédures

Les procédures de remboursement commencent par une déclaration à la compagnie. D'ailleurs, l'assuré peut utiliser tous les moyens de contact : téléphone, e-mail, formulaire en ligne… Néanmoins, le moyen le plus formel reste la lettre recommandée. Par ailleurs, si les dommages s'étendent sur d'autres logements, l'assuré est tenu d'informer les autres sinistrés avant d'expédier la déclaration. Suite à une inondation, le sinistré rédige un constat de dégât des eaux mentionnant les tiers concernés.

Après réception de la lettre, la compagnie la transmet à un conseiller en indemnisation et services. Ce dernier est en droit de régler directement la situation de l'assuré, évidemment après réception des justificatifs. Éventuellement, l'assureur missionne un expert. Celui-ci évalue le montant des préjudices. D'ailleurs, un premier chèque d'acompte peut être versé aux sinistrés en cas de besoin. Du reste, le délai de versement du remboursement dépend des compagnies et notamment du sinistre. Découvrez le coût de votre assurance habitation : http://www.tarif-habitation.com/

Les pièces à fournir

Durant la déclaration, le sinistré doit procurer certains documents. Entre autres, un état estimatif des objets disparus et endommagés est indispensable. De plus, tout élément susceptible de justifier l'existence réelle et la valeur des biens sinistrés semble nécessaire. En cas de vol ou cambriolage, l'assureur réclame un récépissé du dépôt de plainte. Aussi, à titre préventif, les factures, les images, les actes notariés… sont préalablement à conserver dans un support de stockage numérique.

Les témoignages et les procès verbaux semblent également être d'une grande utilité. Du reste, les documents expédiés doivent mentionner la date, les origines et les circonstances de l'évènement. Les noms et les adresses des tiers lésées et des témoins oculaires (si possible) sont inscrits. L'assuré mentionne également les références du contrat ainsi que les autres clauses couvrant le même risque. Si l'évènement a été l'issue d'une action d'un tiers, sa responsabilité est engagée. Ainsi, son nom et son adresse sont à mentionner.